Séminaire doctoral le 8 avril

Les membres du laboratoire junior À l’interface entre philosophie et sciences cognitives ont le plaisir de vous inviter à la prochaine séance de leur séminaire doctoral, organisé en collaboration avec le Centre d’Épistémologie des sciences cognitives de l’ENS :

Vendredi 08 avril

10h-13h

Salle 122

ENS Lyon, Site Descartes

Bâtiment Buisson (IFÉ)

Au programme :

Olivier Waymel, Paris IV – « Thomas Nagel et le naturalisme : critiques et perspectives ».

« A partir des années 1960, la philosophie de l’esprit, jusqu’alors dominée par les conceptions idéalistes et antinaturalistes de Husserl et de Wittgenstein, a renoué avec le naturalisme et cherché à intégrer l’esprit dans le cadre fourni par les conceptions scientifiques de la nature. Dans la réflexion philosophique contemporaine, Thomas Nagel s’est distingué par une critique des présupposés de ce naturalisme scientifique, notamment à travers une réflexion sur les limites que, du fait de sa méthode, la « méthode de l’objectivité », une telle approche rencontre nécessairement. Cette réflexion critique n’est cependant qu’un premier moment, qui conduit Nagel à développer un programme naturaliste concurrent, ouvertement métaphysique ».

Sabine Collardey, ENS de Lyon – « Qu’est-ce qu’agir ensemble ? Comment penser l’action collective ? »

Nous accomplissons quotidiennement des actions qui supposent l’intervention et la coordination de plusieurs acteurs. Depuis le milieu des années 1990, ces actions collectives ont fait l’objet de nombreux travaux, en philosophie des sciences sociales mais aussi dans les sciences cognitives. Le principal problème consiste à conceptualiser le type d’intentions à l’œuvre dans ce genre d’action, le débat s’étant focalisé sur leur caractère individuel ou proprement collectif. Il semble toutefois que la discussion s’est fondée sur une certaine conception de l’intention, comme état mental nécessairement individuel ; or, ce présupposé peut être remis en question et ce, pour défendre l’existence d’une forme spécifiquement collective d’agentivité, qui rende compte de la spécificité d’une action accomplie en tant que membre d’un groupe, voire en tant qu’acteur social.



Citer ce billet
Mélanie Trouessin (2016, 30 mars). Séminaire doctoral le 8 avril. Epistémologie et cognition. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mkq2