Séminaire doctoral – ENS de Lyon – 29 janvier

Dans la continuité du séminaire doctoral du CESC, les membres du laboratoire junior « À l’interface entre philosophie et sciences cognitives » ont le plaisir de vous inviter à leur première séance :

Vendredi 29 janvier

10h30 -12h30

Salle R20

ENS Lyon, Site Descartes

Bâtiment Recherche

Au programme :

Aliaa MOUALLA, Université de Cergy-Pontoise.

Un robot au musée. Apprentissage cognitif et conduite esthétique.

Notre projet est le fruit d’une collaboration entre roboticiens et ethnologues ayant abouti à la construction d’un robot de forme vaguement humanoïde appelé «Berenson ». Ce robot est à la fois un outil et un modèle pour des études en ethnologie et en robotique (apprentissage autonome). Notre projet vise à interroger la nature et le rôle des conduites esthétiques telles qu’on peut les observer dans les musées. Selon nous, l’esthétique comme technique d’apprentissage intensif de différenciation des perceptions apporte un avantage adaptatif (et potentiellement évolutionnaire) qui peut être mis en évidence indirectement par le biais d’expérimentations robotiques. Notre robot développe une forme «d’esthétique artificielle», inculquée par le biais d’un apprentissage du «goût des autres». De manière caricaturale, Berenson apprend sous la supervision d’un humain à associer une œuvre à une valence plus ou moins positive en se basant sur un réseau de neurones (NN) et une Architecture (sensori-motrice) bio-inspirés. L’apprentissage d’associations entre des « vues locales » et une valence est utilisé pour contrôler la direction du robot afin qu’il se dirige vers certains objets en fonction d’une motivation donnée. En outre, la visite d’un musée pour des robots ayant appris auparavant dans un laboratoire des préférences liées à des objets techniques permet d’augmenter la diversité des choix des robots en comparaison avec une population de robots n’ayant appris que dans l’environnement laboratoire. Il en résulte une augmentation des chances de succès de la population face à une situation nouvelle. Sur le plan des interactions Homme-Machine, l’intérêt des visiteurs porté au robot semble dépendre de sa capacité à interagir aussi sur un registre émotionnel (ici des expressions faciales). Ces travaux vont se poursuivre par l’ajout de mécanismes neuronaux élémentaires permettant l’émergence de capacités d’attention conjointes importantes pour obtenir des interactions plus « naturelles » avec les visiteurs du musée mais aussi pour discuter d’un point de vue théorique l’émergence de la notion d’agentivité.



Citer ce billet
Mélanie Trouessin (2016, 22 janvier). Séminaire doctoral – ENS de Lyon – 29 janvier. Epistémologie et cognition. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mkpz