Année 2013-2014

Première séance: 4 octobre 2013, 14h30-17h30, Site Descartes, salle F 104       Romain Ligneul (Institut des Sciences Cognitives, CNRS) : Les neurosciences décisionnelles menacent-elles notre libre-arbitre?

« Bien que le pouvoir prédictif actuel des neurosciences cognitives reste matière à débat, leur essor a mis en lumière un certain nombre de mécanismes qui du moins accompagnent les fonctions cognitives complexes. Faisant tout d’abord fi de cette difficulté épistémologique, nous esquisserons le portrait d’un homme-automate aux décisions déterministes, à partir des données issues de la neuroimagerie humaine et de l’électrophysiologie animale. Délibérément caricaturale et vide de liberté, cette créature fournira une opposition commode pour l’exercice critique et l’identification des zones d’ombres dans lesquelles un libre-arbitre reste – peut-être – tapi ».

Samuel Lépine (Lyon 3) : Les émotions et la prise de décision : une analyse critique de la théorie des marqueurs somatiques et de ses implications philosophiques.

« Les émotions semblent influencer à plusieurs égards nos prises de décision, que ce soit indirectement, par leurs effets sur notre attention, ou plus directement comme c’est le cas lorsque la peur me conduit à prendre la fuite. Mais analyser la contribution des émotions dans les processus de décision implique également de statuer sur le rapport que les émotions entretiennent avec la cognition. A cet égard, la théorie des marqueurs somatiques proposée par Antonio Damasio et son équipe prétend permettre de définir à la fois les mécanismes en vertu desquels l’émotion intervient dans le processus de décision, ainsi que la relation des émotions avec les processus cognitifs. Au cours de mon exposé, je me proposerai de rappeler dans ses grandes lignes la manière dont s’est élaborée la partition entre « les émotions » et « la cognition » au cours des cinquante dernières années. Après avoir signalé les mérites du modèle proposé par Damasio et son équipe pour comprendre le rôle des émotions dans la décision, je montrerai comment ce modèle a également fourni un cadre adéquat aux théories de l’émotion actuellement dominantes en philosophie de l’esprit, à savoir les théories « perceptuelles ». J’essaierai alors dans un dernier temps tout à la fois de souligner les limites de la théorie des marqueurs somatiques, ainsi que celles des théories perceptuelles des émotions, et j’argumenterai en faveur d’une théorie des émotions comprises comme attitudes prospectives ».

Deuxième séance : 25 octobre 2013, 10h-13h, Site Descartes, salle F 04            Benoît Gide (ENS de Lyon) : L’identité personnelle selon Thomas Reid, une non-théorie ?

« Comment en vient-on à croire qu’on est une seule et même personne au cours du temps ? En quel sens ? Et y est-on justifié ? Sur cette question, Thomas Reid (1710-1796) s’oppose aux célèbres thèses de Locke et de Hume, qui soutiennent respectivement que l’identité est constituée par la conscience (Essai 2.27.10) et qu’elle est une fiction de l’imagination (Traité 1.4.6). Toutefois, conformément à la logique argumentative d’une philosophie dite « de sens commun », Reid soutient que nous avons raison de croire à la réalité d’un moi simple et continu, non en vertu d’une théorie qui l’expliquerait et nous y justifierait, mais – bien au contraire – en procédant à une critique des caractères explicable et justifiable de ce fait. L’on devrait reconnaître dans cette croyance un « principe du sens commun » – c’est-à-dire un fait originel et inexplicable de notre nature. On demandera si cette défense de l’identité personnelle, finalement identifiée à la permanence d’une substance immatérielle, n’engage pas des présuppositions d’ordre métaphysiques qu’il serait abusif de prêter au sens commun. Le sens particulier que prend ce dernier concept chez Reid doit permettre de répondre négativement ».

Fabien Mikol (Paris IV): Une épistémologie sans ‘connaissance de la conscience’ est-elle possible ? La question du scepticisme chez Schlick et chez Feigl.

« Pourquoi rejeter l’existence d’une « connaissance de la conscience » ? Nier un fait aussi indubitable, intime et quotidien peut-il s’expliquer autrement que par un goût exacerbé du paradoxe philosophique, ou encore par un physicalisme dogmatique au point d’en devenir aveugle à l’évidence ? L’analyse minutieuse des raisons qui peuvent mener à une telle position épistémologique pourrait bien montrer que, tout au contraire, c’est souvent au nom même d’un retour au phénomène quotidien de la connaissance ainsi que d’un refus des paradoxes philosophiques et de ses conséquences sceptiques qu’on peut en arriver à « nier l’évidence » d’une connaissance de la conscience telle que l’ont ordinairement entendu les philosophes. C’est du moins ce que nous tenterons d’esquisser, notamment en opérant une relecture de l’épistémologie de Moritz Schlick qui, en distinguant radicalement « vivre » et « connaître », s’est passionnément attaché à dénoncer le danger sceptique en germe dans l’idée même d’une « connaissance de la conscience ».

Troisième séance : 29 novembre 2013, 14h30-17h30, Site Descartes, salle F 101  Vincent Pidoux (Université de Lausanne): Une histoire des neurosciences cognitives en psychiatrie (1964-2004).

« J’aborderai un pan inexploré de l’histoire de la psychiatrie universitaire lausannoise. Mon intérêt porte sur les activités scientifiques du Centre de recherche psychopathologique (CRP) ouvert en 1964 et dirigé par Hans Heimann. Je décris la recherche menée dans ce centre de neurosciences psychiatriques avant la lettre, qui a paradoxalement fermé ses portes peu de temps après le lancement en Suisse de la Décennie du cerveau. Les études de psychopharmacologie clinique, de pharmacopsychologie, de psychopathologie quantitative et expérimentale, de potentiels évoqués, d’électroencéphalographie, de l’expression mimique des patient-e-s, ou encore de cartographie neurométrique qui s’y sont déroulées ont été facilitées par l’introduction des ordinateurs et le traitement statistique des données, garants d’une psychiatrie perçue comme « enfin scientifique ». Après la fermeture du CRP, la psychiatrie lausannoise académique verra progressivement apparaître de nouvelles formes d’intérêt pour la recherche neuroscientifique, tel que la recherche dite « translationnelle » ou les techniques d’IRM fonctionnelle qui annoncent la création du Centre d’imagerie biomédicale lémanique amorcée au cours des années 2000. Mon propos vise notamment à identifier les continuités et les ruptures entre ces deux moments de la recherche neuroscientifique cognitive en psychiatrie ».

Gihane Ait El Aouad (Paris 7) : Quelle interprétation doit-on faire des données obtenues en imagerie cérébrale ?

« L’IRMf s’est largement répandue dans le domaine de la recherche et son utilisation est bénéfique pour la compréhension du fonctionnement du cerveau. Toutefois, il subsiste des difficultés méthodologiques et interprétatives lors de l’analyse et de l’interprétation des neuro-images fonctionnelles. Ainsi, nous discuterons du sens et du contenu de ces neuro-images en nous interrogeant sur ce qu’elles permettent de détecter. Comment les données issues des techniques d’imagerie cérébrale doivent être manipulées, interprétées par l’expérimentateur ? »

Quatrième séance : 21 mars 2014, 14h-17h, Site Descartes, salle F 05              Thomas Robert  (Université de Genève / Università della Calabria) : Darwin et le langage: la sémiologie comme science historique.

« La relation entre la théorie darwinienne et les sciences du langage est paradoxale. D’une part le slogan de L’origine des espèces, « descendance avec modification au moyen de la sélection naturelle », est employé par ce que l’on peut considérer comme une orientation globalement darwiniste de la linguistique contemporaine. D’autre part, la théorie darwinienne du langage est, en elle-même, relativement peu exploitée, que ce soit autour des réflexions théoriques ou, plus étonnamment, historiques sur la linguistique. D’apparents égarements méthodologiques fondateurs de l’éthologie et de la linguistique darwiniennes (recours aux anecdotes, anthropomorphisme, l’hérédité des caractères acquis) semblent expliquer le repli sur le slogan darwiniste. Or, ce sont précisément les caractéristiques décriées de l’éthologie et de la linguistique darwiniennes qui permettent d’opérer un lien entre la théorie du naturaliste anglais et deux traditions alternatives à une approche néo-darwiniste du comportement et du langage, à savoir l’éthologie biconstructiviste et la linguistique saussurienne.

Raphael Fargier (Institut des sciences cognitives, L2C2) : Du sens des mots dans le cerveau: le cas de nouveaux mots d’action et de mots de vision.

« De récentes observations suggèrent que les concepts sont représentés dans les régions à modalité spécifique du cerveau. Certaines approches questionnent néanmoins le degré de correspondance des représentations conceptuelles sur les systèmes sensori-moteurs. Dans cette présentation, je me concentrerai sur le rôle des régions sensori-motrices dans le développement des représentations sémantiques de nouveaux mots. Je présenterai les résultats obtenus lors d’études en apprentissage et montrant que i) les représentations modales spécifiques se développent très rapidement avec l’apprentissage, ii) des représentations moins spécifiques apparaissent conjointement et semblent être le reflet de l’activité de zones de convergence et enfin iii) les items lexicaux semblent fournir un substrat préférentiel pour associer les attributs sensori-moteurs des référents. Les implications de ces résultats pour les théories de la représentation du sens des mots dans le cerveau seront discutées ».

Cinquième séance : 11 avril 2014, 14h-17h, Site Descartes, salle F 104               Laure Rivory (Université de Provence / UQAM) : Comment les émotions peuvent-elle contribuer à la rationalité de nos décisions?

« Traditionnellement les émotions ont pu être associées à des facteurs de troubles voire d’erreurs dans les actions humaines. Si certains philosophes comme Aristote n’ont pas toujours suivi cette tendance, il n’en reste pas moins que les hommes paraissent être rationnels malgré leurs émotions, et non grâce à elles. Pourtant lors de ces dernières décennies  le rôle des émotions au sein de la rationalité a été revalorisé en même que cette dernière faisait l’objet d’une réévaluation. Comment les émotions peuvent-elles contribuer à un comportement rationnel? Dans quel cadre conceptuel penser une telle collaboration? Ces pistes passent autant par la psychologie évolutionniste que par la philosophie ou l’intelligence artificielle et nous proposons d’en suivre quelques unes lors de cette intervention ».

Servane Barrault (Université Paris 5 Descartes) : Jeu normal et jeu pathologique : le rôle des croyances irrationnelles.

« Depuis toujours, le jeu, sous des formes diverses, accompagne l’évolution des sociétés humaines. Jouer est un comportement normal, qui peut revêtir différentes fonctions chez l’enfant comme chez l’adulte : disposant généralement d’un caractère social et ludique, il permet de s’évader du quotidien à travers une activité régie par des règles spécifiques, différentes des règles auxquelles l’individu doit se confronter dans la vie quotidienne. Certains joueurs développent cependant une addiction au jeu, notamment dans le cas de jeux d’argent et de hasard, jeux reposant en totalité ou en partie sur le hasard et caractérisés par la mise irréversible d’argent ou d’objets de valeur. Lors de cette intervention, nous aborderons la question de la frontière entre jeu normal et pathologique et nous nous intéresserons, à travers les croyances irrationnelles développées par certains joueurs (les superstitions, par exemple), au rapport spécifique du joueur au hasard ».

Sixième séance : 24 avril 2014, 14h-17h, Site Descartes, salle F 104                   Audrey Breton (L2C2, Institut des Sciences Cognitives) : Faire face aux statuts : les bases neuronales et cognitives du traitement de la hiérarchie sociale.

« La hiérarchie est une dimension fondamentale de la structure sociale de nombreuses espèces. Chez l’homme, elle imprègne de façon extrêmement récurrente les interactions. Le rôle déterminant du rang social est donc susceptible d’exercer un certain nombre de contraintes sur le plan cognitif et cérébral. D’une part, les individus doivent être capables de reconnaître très rapidement et très précisément les indices qui marquent une asymétrie de statut. D’autre part, ils doivent pouvoir adapter leur comportement aux contraintes imposées par la structure hiérarchique de leur univers social. C’est précisément autour de ces deux axes que s’articulera ma présentation. J’aborderai d’abord le décours temporel du traitement d’un rang hiérarchique au niveau cérébral, par des données en électroencéphalographie (EEG). Puis je m’intéresserai à certains aspects de notre comportement automatique, de bas niveau (les mouvements oculaires, la réponse électrodermale et le rythme cardiaque) pour montrer que ceux-ci sont modulés par la présence d’un signal hiérarchique dans notre environnement ».

Wang Huiling (Lyon / ECNU Shangaï) : “Hide-ability” – knowing contents of mind.

« Looking outside ourselves, we can see different bodies, each including a mind; bodies are separate, thus minds, we imagine, must also be different. Generally, we might be told that we can see our own mind, but we cannot see other minds, because other minds are invisible to us. This expression that “we cannot see other minds” is a metaphor, and to see indeed means to know. In my understanding, knowing mind are equal to knowing the content of mind, especially knowing the essential content of mind. It seems that we are not satisfied with merely knowing the contents of our own mind; we also wonder about the contents of other minds and intend to see their most essential contents. However, these contents may be not only invisible, but also hidden to us. Therefore, in this thesis I will, on the one hand, modify the general understanding of the problem of other minds and, on the other hand, develop the knowledge of mind, in particular to find the way of knowing contents of mind. These two themes can be developed together by making distinctions between essential and hidden contents of other minds. In general, what I am trying to see is the essential content of mind, and what I think difficult to see is the possibly hidden plus essential content of other minds. In the due course, I would like to create a new term “hide-ability” to replace the old obstacle invisibility to knowing other minds ».