Année 2014-2015

Première séance : vendredi 28 novembre, 10h-12h30, F 103, ENS de Lyon.

Brice Bantegnie (Institut Jean Nicod, ENS ULM), « L’éliminativisme matérialiste à l’épreuve de la recherche empirique ».

L’éliminativisme matérialiste est la position selon laquelle les états mentaux postulés par la psychologie naïve n’existent pas. En conséquence, le but de la psychologie scientifique ne peut pas être de préciser et d’étendre cette psychologie naïve. Une des façons d’argumenter en faveur de la position éliminativiste est de nier l’existence des contenus mentaux, c’est-à-dire de nier l’existence de ce qui est traditionnellement considéré comme la caractéristique centrale des états mentaux. Dans cette présentation, je partirai de l’hypothèse que cette variété d’éliminativisme du mental est vraie et je m’attellerai à montrer en quoi cette thèse est compatible/incompatible avec la recherche contemporaine en psychologie.

Julien Carponcy (UCBL Lyon 1, Equipe Sleep, CNRS), « La fabrique de la mémoire : sommeil et souvenirs artificiels ».

Nous passons un tiers de notre vie à dormir, et, malgré les nombreuses avancées en neurosciences, nous ignorons toujours la/les fonction(s) de cette déconnexion quotidienne de notre environnement. Cependant, de nombreux travaux mettent en évidence un rôle crucial du sommeil lent et/ou du sommeil paradoxal sur plusieurs types de mémoire. Plusieurs théories existent pour expliquer ces effets. Celles-ci sont pourtant contradictoires, tout comme les différents indices expérimentaux sur lesquelles ces théories s’appuient. Je présenterais mes travaux en regard de ces cadres théoriques ainsi que mes premières données rendant compte de l’évolution de la plasticité synaptique au cours des différents états de vigilance. Dans un second temps, je souhaiterais exposer un panorama des différentes manipulations artificielles de la mémoire possibles à l’heure actuelle, dans un cadre expérimental ou thérapeutique. A l’aune des progrès considérables que je tenterais d’exposer, il parait en effet surprenant que les interrogations éthiques posées par ces altérations des souvenirs soit en effet quasi-absentes du débat public.

Deuxième séance : vendredi 05 décembre, 10h30-13h, ENS de Lyon.

Chloé Duboc (Centre hospitalier Le Vinatier, Bron), « La schizophrénie et les perturbations de la cognition et de la motivation : modèles de compréhension et approche clinique ».

Je présenterai les troubles de la schizophrénie, tant sur le plan symptomatologique que cognitif et en dégagerai quelques modèles d’explication. Les fonctions exécutives apparaissent notamment comme une des fonctions principalement altérées dans la schizophrénie et retentissant à plusieurs niveaux du fonctionnement cognitif. En m’appuyant sur le modèle de contrôle cognitif, j’évoquerai le déficit de motivation, en essayant de mieux définir les limites de ce concept. Je présenterai ensuite la spécificité d’une approche de réhabilitation dans le soin psychiatrique, ce qui permettra de faire le lien entre les modèles et la clinique. Dans la mesure du possible, j’essaierai de préciser l’état de la recherche actuelle en psychopathologie cognitive.

Gautier Anselin (Institut Jean Nicod, ENS Ulm), « L’attention désigne-t-elle un phénomène unifié ? »

La diversité des phénomènes attentionnels, et de leurs modélisations en sciences cognitives, semble rendre inutile, voire fausse, une notion unifiée d’attention perceptive. L’enquête philosophique paraît n’avoir dès lors que deux options : soit refuser, au vu de ces différences, de parler de l’attention comme d’un « genre naturel » correspondant à un élément authentique de la vie mentale, soit construire a priori une notion d’attention assumant de se situer à un autre niveau que les résultats empiriques. Contre cette alternative insatisfaisante, je voudrais défendre l’idée que la notion, dans sa généralité, conserve une pertinence à la fois conceptuelle et scientifique : l’attention consiste essentiellement en la modulation d’autres processus, sur lesquels elle opère de façon suffisamment proche, phénoménologiquement et cognitivement, pour justifier son unité réelle. Je tenterai de préciser ce que j’entends par ladite modulation, et de mettre à l’épreuve la notion obtenue sur le problème des rapports circulaires entre attention et conscience.

Troisième séance : 30 janvier, 14h-17h, salle F04, ENS de Lyon.

Loraine Gérardin-Laverge (Université Paris X Nanterre), « Les expériences de pensée et l’intuition. Regard critique sur la méthode des théories philosophiques de l’identité personnelle ».

Une grande part de la philosophie moderne et contemporaine sur la question de la personne s’appuie systématiquement sur des expériences de pensée pour distinguer les traits essentiels à sa persistance. Si elles permettent de choisir entre des alternatives, c’est l’intuition qui guide le choix, intuition supposée unanime. Je m’interrogerai d’abord sur cette dite unité des intuitions et proposerai une critique de ce que certains ont nommé la Méthode (Dainton et Bayne, 2005). Je présenterai ensuite la méthode qui semble être la seule alternative pour celles et ceux qui ont retiré leur confiance aux expériences de pensée, l’étude de la psychopathologie (Wilkes, 1988), tout en nommant des limites. La question persistante sera alors de voir quel appui peut se donner la philosophie contemporaine sur la question de la personne, et je tenterai de donner quelques pistes.

Romain Sauzet, (Université Lyon III), « De la diversité à la pluralité en passant par l’unité des sciences ».

Si les questions de diversité, de pluralité et d’unité ont longtemps fait l’objet de nombreuses réflexions métaphysiques, la philosophie des sciences au XXe siècle a fait sienne ces problématiques, notamment pour penser tant l’état de la science que les dynamiques à l’œuvre dans l’activité scientifique. Je présenterai dans une perspective historique le terreau problématique à partir duquel la question de l’unité de la science s’est posée, entre espoirs de réduction ontologique et linguistique et tentatives d’unification sociologique, pour laisser place au cours des quarante dernières années à la volonté de légitimer la diversité dans les sciences dans le sens d’une pluralité définie. Enfin, je présenterai en quoi la notion de relation épistémique entre différentes disciplines propose en termes d’unification  »par le bas » une solution originale à ces débats.

Quatrième séance : vendredi 03 avril, 10h-13h, salle F 113, ENS de Lyon.

Flora Boirin-Fargues (Université Paris XIII), « Tremplin à la reconstruction familiale, le vide chez des sujets addicts »

Parler des sujets “addicts” aux substances s’inscrit dans une recherche clinique où la pathologie du toxique vient interroger les sensations de vide de ces sujets. D’un vécu de vide qui est le leur à une représentation du vide qui est la nôtre, nous questionnons le corps, passeur et détenteur du plaisir tout autant que du manque. Objet à voir et à soigner, il est ce qui fait lien entre les “addicts” aux substances et tous ces autres. Ce corps, représentant d’un espace de médiation et de communication, est le signifiant d’un vide psychique irreprésentable. Objet de sensations et de destruction, il nous permet d’interroger le vide et son contenu. Car ce néant du trop plein est mené par toute une histoire.

 

Nicolas Zaslawski (Université de Lausanne), « Quel naturalisme pour la phénoménologie ? Penser avec Merleau-Ponty et Varela ».

La question de la naturalisation de la phénoménologie n’est pas nouvelle, cependant, aucune des réponses formulées jusqu’alors ne semble entièrement satisfaisante. Mon propos aura essentiellement pour but de clarifier certains aspects de cette question au moyen, dans un premier moment, d’une mise en évidence des problèmes inhérents à tout projet de naturalisation au moyen d’un bref aperçu de la position des sciences humaines et sociales contemporaines vis-à-vis des sciences naturalistes. On constatera de ce fait la nécessité de clarifier, dans un second moment, le sens du concept même de naturalisme. Enfin, dans un troisième moment, il sera question de la manière spécifique dont se pose le problème de la naturalisation dans le cas particulier de la phénoménologie, pour interroger les conditions de possibilité de ce qu’on pourrait nommer un « naturalisme phénoménologique », de bonnes raisons pouvant être invoquées à l’appui de la présence de M. Merleau-Ponty et de F. Varela pour la définition de ce dernier.

Cinquième séance : jeudi 28 mai, 10h-13h, salle F 01, ENS de Lyon

Le raisonnement comme compétence sociale.

Emmanuel Trouche (Lyon 1) & Thomas Castelain (Lyon 1) animeront tous les deux cette séance. Ils vont défendre une théorie évolutionniste du raisonnement: la « théorie argumentative du raisonnement » ou l’idée que la fonction du raisonnement est argumentative (Mercier & Sperber, 2011). Ils proposeront une présentation de cette théorie ainsi que des données expérimentales récentes, à travers différentes approches (développementale, interculturelle, etc.) et différents paradigmes expérimentaux (raisonnement en groupe, paradigme de « cécité au choix » etc). Ils expliqueront enfin leur positionnement théorique ainsi que les applications potentielles de cette théorie.