Année 2012-2013

Séance du 16 novembre 2012

  • Florent Franchette – Philosophie, Paris I, IHPST

La thèse de Church-Turing délimite-elle les limites du calcul cognitif ?

La thèse de Church-Turing énonce que les fonctions effectivement calculables sont calculables par une machine de Turing. Une fonction est effectivement calculable si elle peut être calculée en un nombre fini d’étapes par un mathématicien travaillant de manière mécanique (Turing 1936). La thèse de Church-Turing a donné lieu à deux interprétations à propos des limites du calcul cognitif : une interprétation forte qui considère cette thèse comme délimitant les fonctions calculables par un être humain et une interprétation faible qui considère la thèse de Church-Turing comme délimitant uniquement les fonctions calculables par un être humain travaillant de manière effective. Cette seconde interprétation laisse entrouverte la possibilité pour un être humain de « calculer plus » que la machine de Turing, ce que l’on appelle aujourd’hui l’hyper-calcul (Copeland 1997). Lors de cette présentation, mon but sera d’analyser en détails la possibilité de l’hyper-calcul cognitif.

  • Maël Pégny – Philosophie, Paris I

Le sens de la complexité. Physique quantique et difficulté du calcul.

Le calcul est ordinairement considéré à la fois, d’un point de vue pratique, comme une partie essentielle de la praxis des mathématiques, et d’un point de vue théorique, comme l’objet d’étude de la science informatique. Au premier abord, le calcul appartient donc au domaine de la connaissance a priori, et ne serait donc censé entretenir aucun rapport avec la physique, conçue comme une science empirique. Cependant, dans de nombreux travaux scientifiques contemporains, le calcul s’est vu intiment lié à la physique, au point que l’analyse des propriétés fondamentales du calcul est désormais présenté comme relevant de la physique, selon le slogan « le calcul est physique » (computation is physical). Qu’est-ce qui justifie ce changement de perspective, et en quoi celui-ci invite à revoir les conceptions philosophiques du calcul ? J’aborderai ces questions en portant une attention privilégiée aux travaux récents en complexité quantique.

Séance du 30 novembre 2012

  • Vincent Richard – Philosophie, Paris I

Syntaxe, signification et concepts

La grammaire générative standard conçoit les structures syntaxiques comme construites à partir de propriétés des items lexicaux qui définissent leurs besoins d’arguments (sujet, compléments, etc.). Une telle approche pose deux problèmes : un problème théorique, à travers la remise en cause de l’hypothèse de l’autonomie de la syntaxe ; un problème empirique, puisque cette approche ne permet pas de rendre compte de la variabilité des structures argumentales dans lesquels les prédicats peuvent se trouver. Nous exposerons une conception dans laquelle les items lexicaux sont dépourvus de toute information structurale et où la structure argumentale est une propriété de la syntaxe, et nous examinerons les conséquences de cette théorie pour la théorie de la signification et la théorie des concepts.

  • Anouch Bourmayan – Sciences du langage, Institut Jean Nicod

Intransitivité et compléments d’objets pragmatiques

Au cours de cet exposé, je me penche sur le comportement sémantique de verbes comme «manger», qui peuvent être utilisés intransitivement en surface, et sont alors interprétés par défaut comme mettant en jeu un argument-objet notionnel de nature indéfinie. Il a été observé dans la littérature (Recanati 2002, Wilson 1998) que l’argument implicite de «manger» semble parfois défini, recevant une interprétation libre ou même liée. Comment rendre compte de cet effet de définitude ? Selon Marti (2006) & Stanley (2005), il s’agit d’une simple implicature qui n’affecte pas le contenu véri-conditionnel de l’énoncé, comme le prouve le fait que l’argument implicite ne réussit pas le test de la négation. Je proposerai une analyse alternative du phénomène, fondée sur la sémantique des situations, qui rend compte des résultats du test de la négation tout en préservant l’intuition fondamentale que l’effet de définitude est véri-conditionnel.

Séance du 8 mars 2013

  • Krystèle Appourchaux – Philosophie, Université Claude Bernard

De l’importance des mécanismes attentionnels pour une redéfinition du libre arbitre à la lumière des neurosciences contemporaines

Alors que le débat concernant la compatibilité du libre arbitre et de la thèse métaphysique du déterminisme causal, toujours présente en arrière-fond des sciences contemporaines, ne semble pas trouver d’issue en philosophie analytique, nous nous concentrerons dans cette présentation sur l’étude des mécanismes attentionnels tels qu’ils sont théorisés par les neurosciences cognitives. Nous montrerons en quoi ces mécanismes peuvent nous éclairer sur la frontière, parfois floue, entre processus conscients et inconscients. Or, cette distinction conscient / inconscient constitue selon nous le cœur du problème qui nous préoccupe, et participe très fortement d’une remise en question de la notion de libre arbitre, ainsi que de celle de « contrôle » qui lui est associée. Nous nous appuierons à la fois sur une analyse conceptuelle de la notion de libre arbitre ainsi que sur les données empiriques issues des neurosciences cognitives de l’attention, afin de fournir une redéfinition possible du libre arbitre à la lumière des données expérimentales actuellement disponibles.

  • Guillaume Dezecache – Sciences cognitives, Institut Jean Nicod

La contagiosité des émotions : études sur les systèmes basiques de partage émotionnel chez l’humain

Dans cette présentation, je parlerai de la transmission émotionnelle en contexte de foule (que je définis comme des « situations où l’émotion exprimée par un individu ou un groupe restreint d’individus se propage jusqu’à contaminer un ensemble plus large d’individus; consécutivement, ce groupe plus large d’individus manifeste un comportement homogène, une fuite collective par exemple »). Je me concentrerai sur trois aspects: i/ la question de la robustesse de la contagion (le concept de contagion émotionnelle qui est souvent mobilisé pour expliquer la transmission entre deux individus est-il viable au-delà de la dyade?); ii/ la question de la contagiosité des différentes émotions (les émotions sont-elles toutes également contagieuses?); iii/ enfin, j’aborderai la question de la fonction de la contagion émotionnelle (pourquoi avons-nous tendance à partager l’information émotionnelle que l’on perçoit?). Ma présentation mêlera travaux empiriques et réflexion théorique.