Séminaire « Neuroéthique et Philosophie »

Séminaire Neuroéthique et Philosophie

La neuroéthique est une discipline récente (née au début des années 2000), dont le but est d’examiner différents types de problèmes soulevés par les neurosciences. Elle consiste à la fois en une réflexion sur les implications éthiques des avancées des neurosciences (neuroéthique appliquée) et en un renouvellement des questions théoriques de l’éthique par le biais de la problématique des bases neurales du jugement moral, du choix (neuroéthique fondamentale).

Première séance : 21 mars 2014, 10h30-12h30, ENS de Lyon.

Jean-Claude Dreher (Centre de Neurosciences Cognitives de Lyon, directeur de l’équipe Neuroéconomie & Prise de décision)

« From value-based to moral decision making: insights from model-based fMRI, intracranial recordings and TMS experiments in humans »

Deuxième séance : 11 avril 2014, 10h30-12h30, salle F001, ENS Lyon.

Bernard Baertschi (Institut d’éthique biomédicale / Université de Genève)

« Les promesses philosophiques de la neuroéthique »

Les sciences ont depuis toujours contribué à modeler nos conceptions philosophiques (même lorsque c’était pour affirmer qu’elles ne pensent pas). Récemment, les neurosciences se sont invitées au débat, suscitant la naissance d’une nouvelle discipline philosophique, la neuroéthique. Le terme n’est pas très bien choisi, car il ne s’agit pas seulement d’éthique, c’est-à-dire de normes. Dans mon exposé, je vais examiner trois questions philosophiques classiques afin de voir en quoi les neurosciences ont contribué à les faire évoluer. Il s’agit de la responsabilité morale et pénale, du rôle des émotions dans la décision morale et de la controverse entre le déontologiste et l’utilitarisme.

Troisième séance : 17 octobre 2014, 10h30-12h30, ENS de Lyon.

Florian Cova (Centre interfacultaire en sciences affectives, Université de Genève)

« Qui a peur du déterminisme ? Sur la prétendue incompatibilité entre neurosciences et conception naïve de la liberté humaine »

Il est fréquent d’entendre certains neuroscientifiques et même certains philosophes prétendre que les progrès des neurosciences ont relégué la liberté humaine et la responsabilité morale au rang de mythes. Selon eux, les découvertes des neurosciences sont incompatibles avec les présupposés métaphysiques incompatibilistes contenus dans la notion naïve de liberté. Cependant, il n’est pas clair que le sens commun ait la conception de la liberté humain que ces scientifiques et philosophes lui prêtent. En effet, depuis quelques années, un nombre croissant d’études ont cherché à délimiter empiriquement cette notion, et leurs résultats suggèrent que notre conception commune de la liberté humaine pourrait s’avérer plus résistante et moins métaphysiquement chargée que prévue. Je présenterai une synthèse de ces études, ainsi que de nouveaux résultats inédits, et en tirerai certaines conclusions quant aux prétendues conséquences révolutionnaires des progrès des neurosciences pour le droit.

Quatrième séance : le 28 novembre, 14h-16h, ENS de Lyon

Olivier Droulers (IGR – IAE, École Universitaire de Management, Université Rennes I)

« Neuromarketing : Concepts, Pratiques et Problèmes éthiques »

Issues des domaines de la médecine et de la biologie, les neurosciences prennent depuis deux décennies une place de plus en plus importante en sciences humaines et sociales. En marketing cette évolution concerne l’ensemble des acteurs. En 2012, le neuromarketing est identifié par une communauté de chercheurs français comme un des thèmes émergents de la recherche en marketing (session hot topics, AFM 2012) et la même année est créée la Neuromarketing Science and Business Association (www.nmsba.com) qui regroupe de nombreuses sociétés de neuromarketing. Nous proposons d’expliquer les enjeux de cette rencontre entre neurosciences et marketing, aujourd’hui appelée « Neuromarketing ».

Cinquième séance : 30 janvier 2015, 10h30-12h30, ENS de Lyon.

Brigitte Chamak (CERMES3, Université Paris Descartes)

« Vie sociale » des neurosciences