Séminaire doctoral le 8 avril

Les membres du laboratoire junior À l’interface entre philosophie et sciences cognitives ont le plaisir de vous inviter à la prochaine séance de leur séminaire doctoral, organisé en collaboration avec le Centre d’Épistémologie des sciences cognitives de l’ENS :

Vendredi 08 avril

10h-13h

Salle 122

ENS Lyon, Site Descartes

Bâtiment Buisson (IFÉ)

Au programme :

Olivier Waymel, Paris IV – « Thomas Nagel et le naturalisme : critiques et perspectives ».

« A partir des années 1960, la philosophie de l’esprit, jusqu’alors dominée par les conceptions idéalistes et antinaturalistes de Husserl et de Wittgenstein, a renoué avec le naturalisme et cherché à intégrer l’esprit dans le cadre fourni par les conceptions scientifiques de la nature. Dans la réflexion philosophique contemporaine, Thomas Nagel s’est distingué par une critique des présupposés de ce naturalisme scientifique, notamment à travers une réflexion sur les limites que, du fait de sa méthode, la « méthode de l’objectivité », une telle approche rencontre nécessairement. Cette réflexion critique n’est cependant qu’un premier moment, qui conduit Nagel à développer un programme naturaliste concurrent, ouvertement métaphysique ».

Sabine Collardey, ENS de Lyon – « Qu’est-ce qu’agir ensemble ? Comment penser l’action collective ? »

Nous accomplissons quotidiennement des actions qui supposent l’intervention et la coordination de plusieurs acteurs. Depuis le milieu des années 1990, ces actions collectives ont fait l’objet de nombreux travaux, en philosophie des sciences sociales mais aussi dans les sciences cognitives. Le principal problème consiste à conceptualiser le type d’intentions à l’œuvre dans ce genre d’action, le débat s’étant focalisé sur leur caractère individuel ou proprement collectif. Il semble toutefois que la discussion s’est fondée sur une certaine conception de l’intention, comme état mental nécessairement individuel ; or, ce présupposé peut être remis en question et ce, pour défendre l’existence d’une forme spécifiquement collective d’agentivité, qui rende compte de la spécificité d’une action accomplie en tant que membre d’un groupe, voire en tant qu’acteur social.

Séminaire doctoral – 11 mars

Vendredi 11 mars

10h-13h

Salle de réunion 3

ENS Lyon, Site Descartes

Bâtiment Buisson (IFÉ)

 

Au programme :

Émile Thalabard (Paris IV), « mémoire de travail et débordement phénoménal ».

« Les théories de l’espace de travail global identifient la conscience à l’intégration et la diffusion de l’information sensorielle à l’échelle du cerveau: les états conscients sont ceux qui ont été modulés par l’attention sélective et rendus disponibles pour l’accomplissement de tâches cognitives (jugements, rapports introspectifs, intentions d’action). Ces modèles se heurtent à un argument influent, formulé par Block: nos états conscients paraissent plus riches que ce que nous pouvons ponctuellement rapporter. Face à cette possibilité d’un débordement phénoménal, expliqué par la capacité limitée de la mémoire de travail, j’avancerai qu’il est possible de distinguer, fonctionnellement, entre la simple entrée et l’encodage effectif dans la mémoire de travail. Cette distinction permet de rendre compte de certains états furtivement conscients, difficiles à rapporter, dans le cadre de l’espace de travail global. Je distinguerai cette explication de la théorie AIR de Prinz, qui fait également dépendre la conscience d’une forme de modulation attentionnelle »

Marie Martel (Lyon 1), « Développement typique et atypique des représentations de l’action » :

« Le développement de la motricité d’un enfant, essentiel à son autonomie, passe par la construction de représentations de l’action. Ma thèse s’intéresse ainsi à deux composantes essentielles à une représentation optimale de l’action, au cours du développement typique, mais également dans le cas de troubles du développement, tels que l’autisme et la dyspraxie : le développement de la représentation du corps et celui de la représentation de l’environnement. Ensemble, ces représentations mènent à un contrôle moteur idéal, dont nous mesurons l’intégrité et le développement à l’aide d’une technique appelé cinématique du mouvement ».

Séminaire doctoral – 19 février

Le prochain séminaire doctoral, en collaboration avec le CESC et le laboratoire junior « à l’interface entre philosophie et sciences cognitives », aura lieu:

Vendredi 19 février 

09h30-11h30

Salle de réunion 3

ENS Lyon, Site Descartes

Bâtiment Buisson (IFÉ)

 

Morgane Brunel (Grenoble Alpes), Le langage, une possible stratégie de compensation de la théorie de l’esprit dans l’autisme

La théorie de l’esprit est déficitaire chez les personnes avec trouble du spectre autistique (TSA). Toutefois, dans les différentes études effectuées, il existe toujours une minorité d’enfants avec TSA qui réussissent les tâches de théorie de l’esprit. De plus, une fois arrivés à l’âge adulte, les personnes avec syndrome d’Asperger ou autisme de haut niveau réussissent certaines tâches de théorie de l’esprit aussi bien que les adultes sans TSA. En 1995, Happé a proposé que le langage pourrait être utilisé par les enfants avec TSA comme une stratégie de compensation des difficultés de théorie de l’esprit. De plus, d’après l’hypothèse du déterminisme linguistique (de Villiers et de Villiers, 2000), la syntaxe des complétives serait utile au développement de la théorie de l’esprit chez les enfants à développement typique. Cette syntaxe pourrait être utilisée chez les enfants et adultes avec autisme comme une stratégie de compensation des difficultés en théorie de l’esprit.

Séminaire doctoral – ENS de Lyon – 29 janvier

Dans la continuité du séminaire doctoral du CESC, les membres du laboratoire junior « À l’interface entre philosophie et sciences cognitives » ont le plaisir de vous inviter à leur première séance :

Vendredi 29 janvier

10h30 -12h30

Salle R20

ENS Lyon, Site Descartes

Bâtiment Recherche

Au programme :

Aliaa MOUALLA, Université de Cergy-Pontoise.

Un robot au musée. Apprentissage cognitif et conduite esthétique.

Notre projet est le fruit d’une collaboration entre roboticiens et ethnologues ayant abouti à la construction d’un robot de forme vaguement humanoïde appelé «Berenson ». Ce robot est à la fois un outil et un modèle pour des études en ethnologie et en robotique (apprentissage autonome). Notre projet vise à interroger la nature et le rôle des conduites esthétiques telles qu’on peut les observer dans les musées. Selon nous, l’esthétique comme technique d’apprentissage intensif de différenciation des perceptions apporte un avantage adaptatif (et potentiellement évolutionnaire) qui peut être mis en évidence indirectement par le biais d’expérimentations robotiques. Notre robot développe une forme «d’esthétique artificielle», inculquée par le biais d’un apprentissage du «goût des autres». De manière caricaturale, Berenson apprend sous la supervision d’un humain à associer une œuvre à une valence plus ou moins positive en se basant sur un réseau de neurones (NN) et une Architecture (sensori-motrice) bio-inspirés. L’apprentissage d’associations entre des « vues locales » et une valence est utilisé pour contrôler la direction du robot afin qu’il se dirige vers certains objets en fonction d’une motivation donnée. En outre, la visite d’un musée pour des robots ayant appris auparavant dans un laboratoire des préférences liées à des objets techniques permet d’augmenter la diversité des choix des robots en comparaison avec une population de robots n’ayant appris que dans l’environnement laboratoire. Il en résulte une augmentation des chances de succès de la population face à une situation nouvelle. Sur le plan des interactions Homme-Machine, l’intérêt des visiteurs porté au robot semble dépendre de sa capacité à interagir aussi sur un registre émotionnel (ici des expressions faciales). Ces travaux vont se poursuivre par l’ajout de mécanismes neuronaux élémentaires permettant l’émergence de capacités d’attention conjointes importantes pour obtenir des interactions plus « naturelles » avec les visiteurs du musée mais aussi pour discuter d’un point de vue théorique l’émergence de la notion d’agentivité.

Séminaire de recherche – Laurence Kaufmann

CENTRE D’EPISTEMOLOGIE DES SCIENCES COGNITIVES

SEMINAIRE D’EPISTEMOLOGIE DES SCIENCES COGNITIVES:
Sciences cognitives & explication des phénomènes sociaux

VENDREDI 11 DECEMBRE, 2015
14h30 – 16H30

Laurence Kaufman
Université de Lausanne
Institut des Sciences Sociales

LE «MIND-SOCIETY» PROBLEM:
les sciences sociales aux prises
avec la «naturalisation» de la société

 

Ecole Normale Supérieure de Lyon
Campus Descartes
15 Parvis René Descartes

Salle de réunion 1
Bâtiment Buisson (IFE)

Journée du 11 décembre – séminaire doctoral + séminaire de recherche

Vendredi 11 décembre

10h00 13h00

Salle de réunion 1

ENS Lyon (Site Descartes)

Bâtiment Buisson (IFÉ)

Guillaume Dechauffour (Paris IV), « Le constructivisme dialectique, un cadre alternatif pour la naturalisation de l’épistémologie ? »

A la suite de l’article de Quine, « Epistemology Naturalized » (1969), l’épistémologie contemporaine s’est divisée en deux mouvements opposés : celui qui, dans la lignée de Quine cherche à dépasser les limitations de la démarche traditionnelle en se rapprochant de la psychologie et des sciences cognitives et celui qui, remettant en cause la légitimité du constat et la pertinence de la proposition de Quine, défend une épistémologie a priori, analytique. Mais la substitution n’a pas eu lieu. Je montrerai qu’il est légitime de vouloir naturaliser l’épistémologie mais qu’il n’est pas nécessaire de partager les termes du constat et de la proposition de Quine. L’épistémologie génétique de Jean Piaget nous permet précisément de dépasser le cadre de cette opposition en nous fournissant un modèle indépendant, moins coûteux théoriquement et moins problématique que celui de Quine. Un tel projet n’est possible que s’il s’intègre à une démarche plus large de description de la nature, du processus et de la structure de la connaissance au prisme des échanges de l’individu et du milieu : un constructivisme dialectique.

Flora Schwartz (ISC), « Raisonnement logique et dyscalculie »

En France, près de 22% des élèves de 15-16 ans présentent un retard en mathématiques. Pour certains, ce retard est dû à un trouble spécifique de l’apprentissage comme la dyscalculie, qui se traduit notamment par des difficultés à acquérir la notion de quantité numérique et à effectuer des calculs simples. On a pu expliquer ce trouble par un déficit du raisonnement logique. Je présenterai les résultats d’une étude récente identifiant les différentes régions cérébrales impliquées dans le raisonnement logique chez l’enfant sans trouble d’apprentissage. Je décrirai ensuite l’étude de neuro-imagerie que nous menons afin de tester l’hypothèse que ces régions cérébrales s’avèreraient dysfonctionnelles chez les enfants dyscalculiques.

Suivi du séminaire de recherche avec Laurence Kaufmann, 14h30-17h30. 

Daniel Andler – The human Mind

JoRISS Lecture Series

Inaugural Lecture

December 8, 2015
5pm – 6.30 pm

ENS DE LYON
Bâtiment Buisson
Salle de Conférences

DANIEL ANDLER
Emeritus Professor at Université Paris-Sorbonne
& Ecole Normale Supérieure de Paris

THE HUMAN MIND:
A new frontier for science, a new hope for society

Some 70 years ago, the project of making the human mind a proper object for natural science took form. Psychology, in tandem with artificial intelligence, neuroscience, linguistics, anthropology, evolutionary biology and more, gave rise to the so-called cognitive sciences. A new frontier was in fact opened. However the new science of the mind raised some severe objections: it was thought by critics to be (i) reductionist and scientistic, (ii) intellectualist, (iii) individualistic, (iv) theoretical and removed from real-life contexts, therefore with little practical use. As it turns out, the scientific approach to the mind holds a tremendous potential for a novel understanding of the natural underpinnings of social life, and for applications to some of the most pressing real-life problems of both individuals and societies. The lecture will show how science has brought together the individual and social dimensions and the contributions it can begin to make to central areas of human activity such as health and education.

Workshop Practical knowledge

Joint Research Institute for Science and Society

The Knowledge and Action Lab

 

Workshop

PRACTICAL KNOWLEDGE

Friday November 27, 2015

 

Ecole Normale Supérieure de Lyon

15 Parvis René Descartes, Lyon

Salle de Réunion 1

Bâtiment Buisson, site Descartes

  

OPENING SESSION : 10AM-10.15AM

General Presentation of Workshop : Jean-Michel Roy (ENSL)

                              

FIRST SESSION : 10.15AM-1PM

KNOWING HOW AND KNOWING THAT : THE RELEVANCE OF CURRENT DEBATES TO THE DEFINITON OF COGNITIVE PRAGMATISM

10.15am-11.30am : Pierre Steiner (UTC) & Jean-Michel Roy (ENSL) – « From Cognitive Pragmatism to Practical Knowledge ».

11.45am-1pm: Neil Gascoigne, Royal Holloway, University of London – « Tacit Knowledge, Knowledge-How, and Luck : Towards a ‘Mitigated’ Anti-Intellectualism ».

SECOND SESSION : 2.30PM-5.45PM

PRACTICAL KNOWLEDGE AND COGNITIVE SCIENCE

  2.30pm-3.45pm: Pierre Saint-Germier, University of Genève – « What Mary couldn’t do: know-how, abilities and phenomenal knowledge ».

 4pm-5.15pm: Roman Madzia, University of Koblenz-Landau – « Social Behaviorism Revisited: Practical Knowledge and the Enkinaesthetic Origins of Language ».

  

General Discussion : 5.15pm – 5.45 pm 

Séminaire doctoral du 16 octobre

Vendredi 16 octobre, 14h30-17h30, ENS de Lyon (Salle 2, Site Buisson)

Raphael Mizzi (Lyon 2)Traitement automatique ou vision inconsciente ? Comment l’attention modèle notre perception.

« L’attention visuelle trie et organise en permanence l’ensemble des stimulations qui nous parviennent. Mais comment mesure-t-on cette attention ? Sur quoi se base-t-elle pour orienter le regard avant que l’on ait le temps de bouger les yeux ? Cette intervention propose une introduction au thème de l’attention visuelle ainsi qu’une présentation des processus impliqués ».

Ludivine Dupuy (Lyon 2), Le bilinguisme affecte-t-il notre capacité à communiquer?

« Lors d’un échange de paroles, deux types d’informations sont communiquées : les informations explicites (le dit), mais aussi toutes les informations que l’on laisse entendre (le non-dit, ou l’implicite). La maîtrise des aspects formels du langage ne fournit qu’une vision partielle des capacités langagières puisqu’elle ne rend pas compte de la capacité à utiliser les indices présents dans la situation de communication. Les données empiriques montrent que la récupération de cette information implicite n’est pas automatique, mais aussi qu’elle est plus fréquente lorsque l’on communique en langue étrangère. Ces résultats sont-ils réplicables et si oui, pourquoi ? Serions-nous alors réellement plus pragmatiques dans notre langue seconde à cause de la non-maîtrise du système linguistique ? Se pourrait-il que ce soit le simple fait d’apprendre une langue étrangère qui développe nos capacités communicationnelles ? »

Séminaire doctoral du 18 septembre

Première séance: le vendredi 18 septembre10h à 12h00, salle F 113, ENS de Lyon (Site Descartes).

Jean-Félix Gross, Lyon 3, « L’effet placebo: approches croisées et implications quant à la question du rapport corps-esprit ».

L’effet placebo est communément défini par un rien qui produit quelque chose: une amélioration. Cet effet est connu depuis longtemps et interroge nos préjugés sur la causalité et la relation corps-esprit. Comment « rien » peut-il produire un effet ? Comment l’esprit peut-il agir sur le corps ? Ces questions sont en réalité facile à désamorcer: si nous sommes d’accord que rien ne se produit ex nihilo, alors nous serons d’accord pour dire que bien que la pilule soit vide, il ne se passe pas « rien ». De même, en cessant d’établir une dichotomie stricte entre « l’esprit » et « le corps », on pourra commencer à mieux se saisir des relations mises en jeux. Le postulat de cette présentation est que l’effet placebo est longtemps resté une source de mystère à cause de ces deux questions qui semblent maintenant datées. Pour aborder de la manière la plus éclairante possible l’effet placebo, nous essayerons de voir comment le cadre théorique de Francisco Varela établi dans L’inscription corporelle de l’esprit, nous permet de nous débarrasser de ces deux questions et ainsi lancer de nouvelles pistes de réflexions pour la recherche sur la nature de l’effet placebo.