Séminaire doctoral – 11 mars

Vendredi 11 mars

10h-13h

Salle de réunion 3

ENS Lyon, Site Descartes

Bâtiment Buisson (IFÉ)

 

Au programme :

Émile Thalabard (Paris IV), « mémoire de travail et débordement phénoménal ».

« Les théories de l’espace de travail global identifient la conscience à l’intégration et la diffusion de l’information sensorielle à l’échelle du cerveau: les états conscients sont ceux qui ont été modulés par l’attention sélective et rendus disponibles pour l’accomplissement de tâches cognitives (jugements, rapports introspectifs, intentions d’action). Ces modèles se heurtent à un argument influent, formulé par Block: nos états conscients paraissent plus riches que ce que nous pouvons ponctuellement rapporter. Face à cette possibilité d’un débordement phénoménal, expliqué par la capacité limitée de la mémoire de travail, j’avancerai qu’il est possible de distinguer, fonctionnellement, entre la simple entrée et l’encodage effectif dans la mémoire de travail. Cette distinction permet de rendre compte de certains états furtivement conscients, difficiles à rapporter, dans le cadre de l’espace de travail global. Je distinguerai cette explication de la théorie AIR de Prinz, qui fait également dépendre la conscience d’une forme de modulation attentionnelle »

Marie Martel (Lyon 1), « Développement typique et atypique des représentations de l’action » :

« Le développement de la motricité d’un enfant, essentiel à son autonomie, passe par la construction de représentations de l’action. Ma thèse s’intéresse ainsi à deux composantes essentielles à une représentation optimale de l’action, au cours du développement typique, mais également dans le cas de troubles du développement, tels que l’autisme et la dyspraxie : le développement de la représentation du corps et celui de la représentation de l’environnement. Ensemble, ces représentations mènent à un contrôle moteur idéal, dont nous mesurons l’intégrité et le développement à l’aide d’une technique appelé cinématique du mouvement ».