Journée du 11 décembre – séminaire doctoral + séminaire de recherche

Vendredi 11 décembre

10h00 13h00

Salle de réunion 1

ENS Lyon (Site Descartes)

Bâtiment Buisson (IFÉ)

Guillaume Dechauffour (Paris IV), « Le constructivisme dialectique, un cadre alternatif pour la naturalisation de l’épistémologie ? »

A la suite de l’article de Quine, « Epistemology Naturalized » (1969), l’épistémologie contemporaine s’est divisée en deux mouvements opposés : celui qui, dans la lignée de Quine cherche à dépasser les limitations de la démarche traditionnelle en se rapprochant de la psychologie et des sciences cognitives et celui qui, remettant en cause la légitimité du constat et la pertinence de la proposition de Quine, défend une épistémologie a priori, analytique. Mais la substitution n’a pas eu lieu. Je montrerai qu’il est légitime de vouloir naturaliser l’épistémologie mais qu’il n’est pas nécessaire de partager les termes du constat et de la proposition de Quine. L’épistémologie génétique de Jean Piaget nous permet précisément de dépasser le cadre de cette opposition en nous fournissant un modèle indépendant, moins coûteux théoriquement et moins problématique que celui de Quine. Un tel projet n’est possible que s’il s’intègre à une démarche plus large de description de la nature, du processus et de la structure de la connaissance au prisme des échanges de l’individu et du milieu : un constructivisme dialectique.

Flora Schwartz (ISC), « Raisonnement logique et dyscalculie »

En France, près de 22% des élèves de 15-16 ans présentent un retard en mathématiques. Pour certains, ce retard est dû à un trouble spécifique de l’apprentissage comme la dyscalculie, qui se traduit notamment par des difficultés à acquérir la notion de quantité numérique et à effectuer des calculs simples. On a pu expliquer ce trouble par un déficit du raisonnement logique. Je présenterai les résultats d’une étude récente identifiant les différentes régions cérébrales impliquées dans le raisonnement logique chez l’enfant sans trouble d’apprentissage. Je décrirai ensuite l’étude de neuro-imagerie que nous menons afin de tester l’hypothèse que ces régions cérébrales s’avèreraient dysfonctionnelles chez les enfants dyscalculiques.

Suivi du séminaire de recherche avec Laurence Kaufmann, 14h30-17h30.